Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La gestion de nos bacs en hiver, surtout un jour de tempête, peut vous causer bien des problèmes!

Bien positionner le bac roulant

  • Le bac de récupération doit être accessible pour les pinces du camion lors de la collecte (au-delà de 10 pieds ou 3 mètres, la pince n’atteint pas les bacs).
  • Placer le bac dans votre entrée ou sur votre terrain. Idéalement, placez un bac roulant chaque côté de votre entrée d’automobile.
  • Si vous avez un terre-plein devant votre résidence et que votre bac n’est pas accessible de votre terrain avec les bancs de neige, utilisez le terre-plein pour disposer de votre bac.
  • Assurez-vous d’orienter votre bac de façon à ce que les roues et les poignées soient placées du côté de la résidence afin d’aider aux opérations de levage.
  • Laissez toujours l’espace d’un bac roulant ou plus entre deux bacs.

Poids maximal

  • Une fois rempli, votre bac roulant ne devrait jamais peser plus de 90 kg (200 lb). Les bacs roulants trop lourds peuvent se renverser et blesser l’opérateur
  • De plus, les bacs lourds sont plus sujets aux bris.
  • Ne pas déposer des objets sur le bac et ne pas remplir le bac au-delà du couvercle.
  •  Déneiger ou déglacer le couvercle de votre bac.

Horaire

  • Placez les bacs roulants en bordure de rue après 19 h la veille de la collecte et lors de tempête de neige, idéalement, placez le bac le matin même afin qu’il ne soit pas pris dans un banc de neige.

Dans le bac: Ça va où?
L’hiver, c’est un moment propice pour…manger des bons plats mijotés!
Le restant des petits os et morceaux de gras de la viande… Dans le bac brun.
Même si la collecte des matières organiques est une fois par mois et que le contenu gèle à l’occasion, ne perdez pas vos bonnes habitudes, utilisez votre bac à compost !!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Avant tout, le styromousse est aussi nommé polystyrène et identifié sur nos contenants de plastique numéro 6.
Dans les faits, le styromousse est recyclable mais très peu récupéré dans les centres de tri des municipalités québécoises. C’est d’ailleurs le cas dans la MRC de Joliette.

Pourquoi est-ce ainsi ?
Le styromousse est fabriqué de 98% d’air et donc de seulement 2% de matière plastique. C’est sa légèreté comme matériel d’emballage et son rapport qualité/prix à la fabrication qui expliquent sa popularité sur nos étagères et dans nos emballages de tous les jours.
Par contre, cette matière étant principalement constituée d’air, le transport et le recyclage de celle-ci demeure très peu rentable, car on transporte majoritairement de… l’air!
La gestion écologique du styromousse est de réduire au maximum son utilisation en le remplaçant par de la vaisselle et des verres en carton (compostable) ou de la vaisselle en céramique.

Dans le bac : Ça va où?
Un contenant individuel de yogourt… Ça dépend !
La plupart sont en plastique numéro 6. Dans ce cas : image du bac noir
Certaines entreprises utilisent maintenant le plastique numéro 1 pour leurs contenants individuels de yogourt. Dans ce cas : image du bac bleu, recyclage !

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Vous devez vous débarrasser d’objets volumineux?

Voici une manière facile de gérer ces objets encombrants : vous pouvez les apporter directement à l’écocentre situé dans le parc industriel de Joliette au 1481, rue Raoul-Charette. Le service est gratuit, mais une preuve de résidence est requise.

 

 

 

Horaire

  • 1er avril au 31 octobre, du lundi au samedi de 9 h à 16 h 30
  • 1er novembre au 31 mars, les vendredis et samedis de 9 h à 16 h 30

Instructions

  • Le citoyen doit trier obligatoirement les matières dans les conteneurs appropriés sinon des frais seront exigés.
  • Le nombre de visites permises, par adresse civique ou unité d’occupation, est limité à huit par année. À chaque visite, le citoyen ne doit pas déposer plus de deux verges cubes (1,5 mètre cube). Les volumes et visites excédentaires seront facturés au taux en vigueur affiché. Notons que ces limites ne sont pas applicables aux résidus domestiques dangereux (RDD).
  • Seuls les camions de type « pick-up », les automobiles avec remorque et les fourgonnettes sont autorisés. Les camions commerciaux, les remorques à benne basculante, les camions de six, huit et dix roues ainsi que les tracteurs de ferme sont refusés.

 

Dans le bac: Ça va où?
Je possède un vieux réfrigérateur et je désire m’en départir de façon écologique? À l’écocentre.
Vous ne pouvez pas mettre aux ordures un appareil de réfrigération sans avoir fait enlever les réfrigérants aux halocarbures par un technicien certifié. C’est la Loi.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Que diriez-vous de laisser votre emprunte du temps des fêtes un peu plus verte?
Vous avez bien festoyé? Vous avez peut-être trop consommé?

Il est donc temps de recycler. En effet, c’est après la période des fêtes que l’on remarque notre syndrome de consommation. Dépouillement de l’arbre de Noël, emballage de cadeaux, résidus alimentaires, la quantité produite de déchets pendant cette période est importante. C’est le moment de léguer un beau cadeau à votre bac bleu : donnez-lui les matières recyclables.

 

Par contre, certaines matières NE VONT PAS dans le bac :

  • Le papier d’emballage métallisé.
  • Les choux et les rubans décoratifs.
  • Les lumières de Noël (elles pourraient endommager les installations de tri).
  • Les guirlandes. Donnez-les plutôt à des amis, car elles ne vont pas dans le bac.
  • Les sapins. Par contre, la majorité des municipalités de la MRC organisent une collecte de sapins naturels. Consultez votre calendrier des collectes.
  • Les vieux jouets. Donnez-les à la Joujouthèque.
  • Les verres à vin et les boules décoratives ne sont pas fabriqués à partir du même type de verre que les contenants que vous déposez dans votre bac. Ces objets abîmés ou brisés ont leur place dans le sac à poubelle.

Dans le bac: Ça va où?
Les emballages de carton… dans le bac bleu.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Un résidu particulier avec des solutions particulières.
Les premiers détecteurs de fumée sont apparus en 1971. Leur prix d’achat était alors de 125 $ ! Avec l’introduction de l’électronique, on assista à une diminution du poids et à l’introduction de détecteurs à pile 9 volts. Ces derniers se sont donc démocratisés. En 2014, 17% des incendies de bâtiments à usage résidentiel au Québec ne possédaient pas de détecteur de fumée. Comme les détecteurs sauvent des vies, on ne peut s’en passer.

 

Mais est-ce recyclable?
Il est important de spécifier que les détecteurs de fumée sont composés principalement de matières plastiques, de composantes électroniques et d’une source radioactive. Cette dernière est nécessaire dans le processus qui sert à l’analyse détectant la présence de fumée.
Bien que le détecteur de fumée soit constitué de matières recyclables, il est préférable de ne pas déposer nos détecteurs usagés dans le bac bleu. Certains fabricants offrent un service de recyclage. Lors de l’achat d’un nouvel appareil, vérifiez sur la boîte si le service est offert. Sinon, mettre aux déchets votre détecteur défectueux. En effet, autant le ministère de l’Environnement du Québec que la Commission canadienne de sûreté nucléaire demandent aux citoyens de ne pas recycler les détecteurs de fumée afin de ne pas exposer les travailleurs des centres de tri à ces matières.

Dans le bac: Ça va où?
Les détecteurs de fumée…dans le bac noir.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La gestion de nos bacs de recyclage en hiver peut causer des problèmes.

Bien positionner le bac roulant

Le bac de récupération doit être accessible pour le camion lors de la collecte.

Placer le bac dans votre entrée ou sur votre terrain et non sur le trottoir. Idéalement, placez un bac roulant chaque côté de votre entrée d’automobile.

Ne pas mettre le bac dans la rue.

Assurez-vous d’orienter votre bac de façon à ce que les roues et les poignées soient placées du côté de la résidence afin d’aider aux opérations de levage.

Laissez toujours l’espace d’un bac roulant ou plus entre deux bacs.

Poids maximal

Une fois rempli, votre bac roulant ne devrait jamais peser plus de 90 kg (200 lb). Les bacs roulants trop lourds peuvent se renverser et blesser l’opérateur. De plus, les bacs lourds sont plus sujets aux bris.

Ne pas déposer des objets sur le bac ou ne pas remplir le bac au-delà du couvercle.

Horaire

Placez les bacs roulants en bordure de rue après 19 h la veille de la collecte.

 

Dans le bac: Ça va où?
L’hiver, c’est un moment propice pour épandre du sel à déglacer.
Les contenants de sel à déglacer, qu’ils soient en plastique rigide ou en sac, peuvent aller dans le bac bleu.

 

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas, c’est pourquoi le gaspillage alimentaire est un fléau. Considérant qu’environ 50 % du gaspillage alimentaire se passe à la maison, il apparaît important de se doter de quelques trucs et astuces afin d’en diminuer le plus possible.

Planification. Dressez régulièrement un inventaire du contenu de votre réfrigérateur et de l’armoire. Préparez une liste avant de vous rendre à l’épicerie. Si vous manquez de temps, photographiez l’intérieur de votre réfrigérateur. Vous éviterez ainsi les achats superflus et les pertes.

Organisation. Faites une rotation des aliments dans le réfrigérateur afin de placer en évidence les produits périssables.

Cuisine et congélation. Récupérez vos restes et soyez inventifs ! Les restes de poulet et de pâtes se prêtent à toutes les sauces. Si les restes sont en plus grande quantité, congelez-les. Vous pourrez ensuite les utiliser dans les lunchs ou encore comme repas de dépannage.
Tous ces petits gestes du quotidien permettent de limiter la création excessive de déchets et nous font prendre conscience que le changement n’est parfois pas aussi difficile qu’on le pensait !

Dans le bac: Ça va où?
L’automne, c’est un moment propice pour cuisiner.
En effet, tous les restes de table même les viandes peuvent aller dans le bac brun.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

La boîte à lunch écologique

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Nos enfants et nous-mêmes mangeons souvent à l’extérieur de la maison principalement le midi. On pense alors à la boîte à lunch. Mais est-elle écologique ?

RÉDUCTION. Priorisez les grands formats : L’achat d’aliments emballés individuellement, comme les boîtes à boire et les petits pots de yogourt, sont à éviter. En plus d’être dispendieux, ces aliments contribuent à augmenter les déchets générés par la boîte à lunch. Optez plutôt pour les aliments en vrac. Ces derniers sont plus économiques et plus écologiques et ils permettent de quantifier soi-même les portions souhaitées.

RÉEMPLOI. Fini la vaisselle jetable : Utilisez un contenant en plastique réutilisable pour les jus ou autres boissons que vous pouvez mettre au congélateur et qui garderont votre lunch au frais! Les bouteilles en acier (thermos) sont les plus efficaces pour conserver les aliments chauds ou froids. Utilisez une serviette en tissu réutilisable au lieu de la serviette en papier.

RECYCLAGE ET VALORISATION. Si l’école ou le travail n’offrent pas la récupération, rapportez vos contenants à la maison. En valorisant les restes de vos dîners écologiques par le compostage et le recyclage, le contenu réel de vos poubelles s’approche du zéro !

 

Dans le bac: Ça va où?
Du yogourt dans la boîte à lunch, miam!
Les contenants de yogourt petits et grands peuvent aller dans le bac bleu mais rincez-les…

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Huit mois par année, d’avril à novembre, la collecte des bacs bruns est effectuée à toutes les semaines. En hiver, c’est une seule fois par mois !

Mais pourquoi on espace ainsi les collectes en hiver ?

Premièrement, la quantité est moindre en hiver. Il faut bien comprendre que l’on produit beaucoup moins de matières organiques pendant l’hiver. En effet, il y a peu de résidus verts comme le gazon, les feuilles, les branches et les résidus de jardins. Les résidus verts représentent environ la moitié de toutes les matières organiques d’origine municipale.

Deuxièmement, le froid est notre ami. En hiver, les températures plus froides diminuent les odeurs, ce qui nous permet d’espacer les collectes.

Troisièmement, le coût. En espaçant les collectes en hiver, on réduit l’utilisation des camions donc les coûts. Une collecte mensuelle hivernale permet de diminuer de 25 % les coûts de la collecte des matières organiques. Ainsi, on réduit la quantité de gaz à effet de serre émis dans l’environnement de 25 %.

Suggestion : déposer du papier journal dans le fond de votre bac brun. De cette façon, les matières colleront moins dans le bac.

La collecte mensuelle hivernale des matières organiques; une solution intelligente.

Dans le bac: Ça va où?
L’hiver, c’est le temps des raclettes.
Les restes de fromages sont acceptés dans la collecte des matières organiques. Donc… dans le bac brun!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Les feuilles sont presque toutes tombées, le froid s’est installé et les vêtements d’hiver sont à l’honneur. Voilà l’occasion idéale de faire le ménage. Et la grande question demeure…on fait quoi avec tous les vêtements et autres textiles qui ne servent plus ?

Saviez-vous que, selon RECYC-QUÉBEC, un québécois se procurerait, en moyenne, 27 kg de vêtements et de textiles de maison annuellement ? Au Québec, cela représente près de 200 000 tonnes annuellement.

 

Mais quoi faire avec nos vieux vêtements ?

Premièrement, privilégier la réparation. On peut trouver une couturière qui raccommodera un accroc dans un vêtement. De plus, un cordonnier réparera les chaussures, bottes ou sacs à main.
Aussi, si on ne porte plus le vêtement, votre comptoir vestimentaire local acceptera votre don. Des cloches de récupération sont placées un peu partout mais il est toujours préférable de se rendre au comptoir en personne. Les préposés pourront vous informer sur ce qui est acceptable ou non.
Finalement, un vêtement inutilisable peut toujours servir de chiffon. Pourquoi acheter des rouleaux d’essuie-tout alors qu’un vieux chandail en coton fait aussi bien l’affaire ?

Dans le bac: Ça va où?
En effet, on ne doit pas déposer les cintres au recyclage car ils bloqueraient la ligne de tri avec leurs crochets…on va les porter à l’écocentre!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !