Une relâche écoresponsable!

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La semaine de relâche est souvent synonyme de sorties et d’activités extérieures. Quand notre routine change, nous avons un peu plus tendance à oublier nos bonnes habitudes écoresponsables.
Voici quelques trucs simples pour diminuer nos impacts environnementaux lors de sorties extérieures :

 

 

 

Tier mes déchets, en tout temps, je le ferai : que vous soyez sur le site d’un festival ou au grand air, on y retrouve de plus en plus de bacs de récupération de matières recyclables et organiques.
Gourde et thermos, j’apporterai;
Tasse à café, je remplirai;
Sac réutilisable, jamais je ne l’oublierai !
Source : Recyc-Québec

Et si vous apportez un lunch, gardez vos bonnes habitudes également ! Utilisez des contenants et des ustensiles réutilisables et privilégiez les gourdes. En plus d’être un lunch écologique, il sera économique !

Dans le bac: Ça va où?
Vos restants de lunch : dans le bac brun!
La collecte des matières organiques se poursuit en hiver une fois par mois, utilisez-la !!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Équipements sportifs

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Doucement, l’hiver laissera la place à des activités plus printanières.
Que faire avec les patins, le casque ou les skis trop petits ?
Saviez-vous que certains commerces se spécialisent dans le réemploi et la revente d’équipements sportifs usagés. En plus de faire des économies, vous faites un geste écologique. Ils existent quelques commerçants de ce genre dans la région de Lanaudière.
Si vous souhaitez le faire vous-mêmes, il existe des sites Internet dédiés à la revente de matériels usagés.

 

Les impôts :
La saison des impôts débute. C’est souvent le temps de faire un grand ménage de nos papiers personnels.
Pour faciliter les opérations au centre de tri, il est conseillé de disposer de vos papiers déchiquetés dans des sacs de plastique fermés avant de les déposer dans le bac de recyclage.

Dans le bac: Ça va où? 
Une clé USB  : dans un point de dépôt officiel de l’Association pour le recyclage des produits électroniques.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Objets d’hiver brisés

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Nous sommes en plein cœur de l’hiver, les tempêtes de neige s’accumulent et nous collectionnons les épisodes de verglas. Dans ce contexte, il y a sûrement eu quelques bris de vos objets hivernaux incontournables ?

Mais que faire avec ces objets brisés?
Dans le cas du balai à neige, d’un grattoir ou encore d’une pelle brisés : malheureusement, ces objets vont à la poubelle. Ils ne sont pas acceptés dans le recyclage, ni à l’écocentre, même si c’est majoritairement fabriqué à partir de plastique, car seuls les plastiques 1-2-3-4-5-7 provenant de contenants et d’emballage sont acceptés dans le bac de recyclage. C’est la même conclusion pour les traîneaux de plastique pour enfants qui sont brisés.Dans le cas du bâton de hockey brisé : il est accepté à l’écocentre, il y sera récupéré.En l’absence de solution pour le recyclage de ces matières, vaut mieux se procurer des objets de meilleure qualité qui pourront durer plus longtemps.

Ça va où?
Le papier parchemin que l’on utilise sur nos plaques à biscuits : dans le bac brun!
La collecte des matières organiques se poursuit en hiver une fois par mois, utilisez-la !!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La Saint-Valentin est l’occasion d’offrir à ceux que l’on aime des fleurs, du chocolat ou des bijoux.
Comment mieux gérer les résidus qui accompagnent ces cadeaux.
La grande majorité du temps, l’emballage des fleurs est non-recyclable.

Un petit truc pour le savoir : si votre matière plastique s’étire, c’est qu’elle est recyclable, autrement, l’emballage des fleurs va à la poubelle.

Une fois les fleurs fanées, celles-ci sont compostables. La collecte des matières organiques ne passe qu’une fois par mois les mois d’hiver et même si le contenu de votre bac brun gèle, n’hésitez pas à consulter l’horaire de votre municipalité pour y participer !
Et pourquoi innover en offrant une plante, celle-ci est plus durable et dans la majorité des cas, elle a nécessité moins d’énergie à produire qu’une fleur.
Et pour le chocolat ? Vous pouvez profiter de l’occasion pour encourager les chocolateries locales et apporter votre propre petit pot d’emballage à chocolat. Autrement, assurez-vous que votre emballage est recyclable avant de le mettre au bac de recyclage.

Dans le bac: Ça va où?
Un emballage à chocolat identifié comme du plastique numéro 1 : dans le bac bleu!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La gestion de nos bacs en hiver, surtout un jour de tempête, peut vous causer bien des problèmes!

Bien positionner le bac roulant

  • Le bac de récupération doit être accessible pour les pinces du camion lors de la collecte (au-delà de 10 pieds ou 3 mètres, la pince n’atteint pas les bacs).
  • Placer le bac dans votre entrée ou sur votre terrain. Idéalement, placez un bac roulant chaque côté de votre entrée d’automobile.
  • Si vous avez un terre-plein devant votre résidence et que votre bac n’est pas accessible de votre terrain avec les bancs de neige, utilisez le terre-plein pour disposer de votre bac.
  • Assurez-vous d’orienter votre bac de façon à ce que les roues et les poignées soient placées du côté de la résidence afin d’aider aux opérations de levage.
  • Laissez toujours l’espace d’un bac roulant ou plus entre deux bacs.

Poids maximal

  • Une fois rempli, votre bac roulant ne devrait jamais peser plus de 90 kg (200 lb). Les bacs roulants trop lourds peuvent se renverser et blesser l’opérateur
  • De plus, les bacs lourds sont plus sujets aux bris.
  • Ne pas déposer des objets sur le bac et ne pas remplir le bac au-delà du couvercle.
  •  Déneiger ou déglacer le couvercle de votre bac.

Horaire

  • Placez les bacs roulants en bordure de rue après 19 h la veille de la collecte et lors de tempête de neige, idéalement, placez le bac le matin même afin qu’il ne soit pas pris dans un banc de neige.

Dans le bac: Ça va où?
L’hiver, c’est un moment propice pour…manger des bons plats mijotés!
Le restant des petits os et morceaux de gras de la viande… Dans le bac brun.
Même si la collecte des matières organiques est une fois par mois et que le contenu gèle à l’occasion, ne perdez pas vos bonnes habitudes, utilisez votre bac à compost !!

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Avant tout, le styromousse est aussi nommé polystyrène et identifié sur nos contenants de plastique numéro 6.
Dans les faits, le styromousse est recyclable mais très peu récupéré dans les centres de tri des municipalités québécoises. C’est d’ailleurs le cas dans la MRC de Joliette.

Pourquoi est-ce ainsi ?
Le styromousse est fabriqué de 98% d’air et donc de seulement 2% de matière plastique. C’est sa légèreté comme matériel d’emballage et son rapport qualité/prix à la fabrication qui expliquent sa popularité sur nos étagères et dans nos emballages de tous les jours.
Par contre, cette matière étant principalement constituée d’air, le transport et le recyclage de celle-ci demeure très peu rentable, car on transporte majoritairement de… l’air!
La gestion écologique du styromousse est de réduire au maximum son utilisation en le remplaçant par de la vaisselle et des verres en carton (compostable) ou de la vaisselle en céramique.

Dans le bac : Ça va où?
Un contenant individuel de yogourt… Ça dépend !
La plupart sont en plastique numéro 6. Dans ce cas : image du bac noir
Certaines entreprises utilisent maintenant le plastique numéro 1 pour leurs contenants individuels de yogourt. Dans ce cas : image du bac bleu, recyclage !

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Vous devez vous débarrasser d’objets volumineux?

Voici une manière facile de gérer ces objets encombrants : vous pouvez les apporter directement à l’écocentre situé dans le parc industriel de Joliette au 1481, rue Raoul-Charette. Le service est gratuit, mais une preuve de résidence est requise.

 

 

 

Horaire

  • 1er avril au 31 octobre, du lundi au samedi de 9 h à 16 h 30
  • 1er novembre au 31 mars, les vendredis et samedis de 9 h à 16 h 30

Instructions

  • Le citoyen doit trier obligatoirement les matières dans les conteneurs appropriés sinon des frais seront exigés.
  • Le nombre de visites permises, par adresse civique ou unité d’occupation, est limité à huit par année. À chaque visite, le citoyen ne doit pas déposer plus de deux verges cubes (1,5 mètre cube). Les volumes et visites excédentaires seront facturés au taux en vigueur affiché. Notons que ces limites ne sont pas applicables aux résidus domestiques dangereux (RDD).
  • Seuls les camions de type « pick-up », les automobiles avec remorque et les fourgonnettes sont autorisés. Les camions commerciaux, les remorques à benne basculante, les camions de six, huit et dix roues ainsi que les tracteurs de ferme sont refusés.

 

Dans le bac: Ça va où?
Je possède un vieux réfrigérateur et je désire m’en départir de façon écologique? À l’écocentre.
Vous ne pouvez pas mettre aux ordures un appareil de réfrigération sans avoir fait enlever les réfrigérants aux halocarbures par un technicien certifié. C’est la Loi.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Que diriez-vous de laisser votre emprunte du temps des fêtes un peu plus verte?
Vous avez bien festoyé? Vous avez peut-être trop consommé?

Il est donc temps de recycler. En effet, c’est après la période des fêtes que l’on remarque notre syndrome de consommation. Dépouillement de l’arbre de Noël, emballage de cadeaux, résidus alimentaires, la quantité produite de déchets pendant cette période est importante. C’est le moment de léguer un beau cadeau à votre bac bleu : donnez-lui les matières recyclables.

 

Par contre, certaines matières NE VONT PAS dans le bac :

  • Le papier d’emballage métallisé.
  • Les choux et les rubans décoratifs.
  • Les lumières de Noël (elles pourraient endommager les installations de tri).
  • Les guirlandes. Donnez-les plutôt à des amis, car elles ne vont pas dans le bac.
  • Les sapins. Par contre, la majorité des municipalités de la MRC organisent une collecte de sapins naturels. Consultez votre calendrier des collectes.
  • Les vieux jouets. Donnez-les à la Joujouthèque.
  • Les verres à vin et les boules décoratives ne sont pas fabriqués à partir du même type de verre que les contenants que vous déposez dans votre bac. Ces objets abîmés ou brisés ont leur place dans le sac à poubelle.

Dans le bac: Ça va où?
Les emballages de carton… dans le bac bleu.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

Un résidu particulier avec des solutions particulières.
Les premiers détecteurs de fumée sont apparus en 1971. Leur prix d’achat était alors de 125 $ ! Avec l’introduction de l’électronique, on assista à une diminution du poids et à l’introduction de détecteurs à pile 9 volts. Ces derniers se sont donc démocratisés. En 2014, 17% des incendies de bâtiments à usage résidentiel au Québec ne possédaient pas de détecteur de fumée. Comme les détecteurs sauvent des vies, on ne peut s’en passer.

 

Mais est-ce recyclable?
Il est important de spécifier que les détecteurs de fumée sont composés principalement de matières plastiques, de composantes électroniques et d’une source radioactive. Cette dernière est nécessaire dans le processus qui sert à l’analyse détectant la présence de fumée.
Bien que le détecteur de fumée soit constitué de matières recyclables, il est préférable de ne pas déposer nos détecteurs usagés dans le bac bleu. Certains fabricants offrent un service de recyclage. Lors de l’achat d’un nouvel appareil, vérifiez sur la boîte si le service est offert. Sinon, mettre aux déchets votre détecteur défectueux. En effet, autant le ministère de l’Environnement du Québec que la Commission canadienne de sûreté nucléaire demandent aux citoyens de ne pas recycler les détecteurs de fumée afin de ne pas exposer les travailleurs des centres de tri à ces matières.

Dans le bac: Ça va où?
Les détecteurs de fumée…dans le bac noir.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Par Marie-Christine Filteau, coordonnatrice GMR

La gestion de nos bacs de recyclage en hiver peut causer des problèmes.

Bien positionner le bac roulant

Le bac de récupération doit être accessible pour le camion lors de la collecte.

Placer le bac dans votre entrée ou sur votre terrain et non sur le trottoir. Idéalement, placez un bac roulant chaque côté de votre entrée d’automobile.

Ne pas mettre le bac dans la rue.

Assurez-vous d’orienter votre bac de façon à ce que les roues et les poignées soient placées du côté de la résidence afin d’aider aux opérations de levage.

Laissez toujours l’espace d’un bac roulant ou plus entre deux bacs.

Poids maximal

Une fois rempli, votre bac roulant ne devrait jamais peser plus de 90 kg (200 lb). Les bacs roulants trop lourds peuvent se renverser et blesser l’opérateur. De plus, les bacs lourds sont plus sujets aux bris.

Ne pas déposer des objets sur le bac ou ne pas remplir le bac au-delà du couvercle.

Horaire

Placez les bacs roulants en bordure de rue après 19 h la veille de la collecte.

 

Dans le bac: Ça va où?
L’hiver, c’est un moment propice pour épandre du sel à déglacer.
Les contenants de sel à déglacer, qu’ils soient en plastique rigide ou en sac, peuvent aller dans le bac bleu.

 

Bonne lecture et à la semaine prochaine !