Biométhanisation ou compostage pour nos déchets de table?

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Afin de gérer les matières résiduelles organiques (restes de tables, nourritures périmées, résidus verts) deux solutions s’offrent aux municipalités soit la biométhanisation et le compostage.

La biométhanisation est un processus naturel qui décompose la matière organique par des bactéries qui s’activent dans des conditions particulières à savoir en absence d’oxygène. Cette technologie est particulièrement adaptée pour les matières composées de beaucoup d’eau comme les résidus alimentaires et les boues municipales. Une fois traitées, les matières produisent du biogaz riche en méthane et un digestat riche en éléments fertilisants. C’est une technologie qui est maintenant bien maitrisée, mais qui est très dispendieuse.

Le compostage est un processus biologique qui traite la matière organique et qui la transforme en terreau riche en composés humiques et minéraux, le compost. La principale différence avec la biométhanisation est que le compostage se fait en présence d’oxygène. Donc on peut accomplir le processus à l’air libre dans des andains retournés régulièrement. L’avantage de cette technologie est que les coûts de traitement sont inférieurs à la biométhanisation.

C’est pourquoi la MRC de Joliette a choisi cette technologie, qui est située à St-Thomas, pour le traitement de nos bacs bruns. La finalité des deux technologies est la même soit transformer des résidus problématiques dans les lieux d’enfouissement en un produit utile pour la société : le compost.

Ça va où?

Quoi faire avec nos os, restes de viandes et de poissons? Toutes ces matières sont acceptées dans votre bac brun.