Les pancartes électorales

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Que faire avec les pancartes électorales? Selon la loi électorale, les partis politiques ont 15 jours après le jour du scrutin pour retirer leurs pancartes électorales. Mais quoi faire avec ces matières?

Les pancartes électorales sont fabriquées, pour la plupart, en Coroplast©. Il s’agit d’un plastique hautement recyclable entrant dans la catégorie des polypropylènes (PP) (code no. 5). Toutefois, les pancartes ne doivent pas être mises dans les bacs bleus, mais bien dirigées vers des recycleurs spécialisés. RECYC-QUÉBEC tient sur son site une liste de récupérateurs potentiels.

SOLUTION : RÉEMPLOI

Pourtant, une solution plus facile existe : les donner à des écoles ou des garderies afin de les réutiliser comme bricolage ou décor! En effet, l’endos lisse des pancartes se prête bien pour le bricolage ou comme affiche utilisable autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. D’ailleurs, selon TVA, quelques jours après le scrutin, des candidats élus et défaits invitent les électeurs à désinstaller leurs affiches électorales et à leur « donner une seconde vie ». C’est le cas du député réélu d’Arthabaska, Éric Lefebvre, qui a autorisé les gens à disposer de ses pancartes! « Vous avez aimé nos affiches? Vous avez des besoins matériels? Nous sommes heureux de vous les offrir. Vous avez notre autorisation pour les enlever directement où elles sont situées », a-t-il écrit sur Facebook mercredi.

LES ATTACHES, ÇA VA OÙ?

Les pancartes électorales sont retenues par des colliers de serrage en plastique ou serre-câble (Ti-Rap©). Comme ces colliers sont fabriqués en plusieurs matières, il ne devrait pas aller dans le recyclage mais à la poubelle. Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Les feuilles d’automne

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Que faire avec nos feuilles d’automne?

Les belles couleurs automnales commencent à arriver et on se demande quoi faire avec toutes les feuilles qui tomberont. Pour la plupart d’entre vous, celles-ci ne rentrent pas toutes dans votre bac brun.

Saviez-vous que… toutes vos municipalités offrent des collectes spéciales de feuilles?

Cette collecte spéciale vous permet de mettre vos feuilles dans des grands sacs de papier ou des grands sacs de plastique clair (orange par exemple). Attention : lors de ces collectes, le nombre de sac est illimité. Pour connaitre les dates des collectes, vous pouvez consulter le site Internet de votre Municipalité ou communiquer directement avec eux.
Saviez-vous que… tous vos résidus verts (feuilles, petites branches, vos plantes) vont directement au site de compostage?

Et le feuillicyclage, ça vous dit?

Le feuillicylage, c’est quoi ? C’est lorsque vous déchiquetez vos feuilles mortes au fur et à mesure qu’elles tombent et que vous les laissez au sol au lieu de les racler. En plus de vous demander moins d’effort, ce procédé permettra de fournir les éléments minéraux dont votre gazon a besoin pour traverser l’hiver. Intéressant comme processus !

Le grand ménage!

L’automne, c’est aussi le temps du grand ménage. Un papier essuie-tout avec du nettoyant à vitre ÇA VA OÙ …? Dans la poubelle noire!

Le nettoyant à vitre pourrait contaminer le compost. Alors dans ce cas précis, l’essuie-tout va directement à la poubelle.
Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Les huiles de cuisson usagées

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Les huiles de cuisson usagées ont été employées et même réutilisées pour faire de la friture ou pour cuire les aliments. Lorsqu’elles atteignent le seuil d’utilisations possibles, il est nécessaire de les changer et donc, d’en disposer. Les huiles de cuisson usagées se retrouvent dans la catégorie matières organiques qui, dès 2020, devra être bannie du système traditionnel de collecte et de disposition des déchets dans les lieux d’enfouissement techniques. Nous devons donc nous préparer à les recycler.

Présentement, il existe plusieurs filières de récupération organisée pour cueillir vos huiles de cuisson usagées. Le plus facile est de demander à votre restaurant préféré d’utiliser leur bac de récupération dédié aux huiles de cuisson usagées. Comme les restaurants ne payent pas pour se débarrasser des huiles de cuisson, ils pourront accueillir les vôtres avec plaisir.
Votre autre possibilité est d’aller les porter à l’écocentre. Vos huiles seront alors dirigées vers des filières de recyclage appropriées.

Ne pas jeter ses huiles de cuisson à l’égout!

Il ne faut surtout pas jeter aux égouts vos huiles. Le fait de disposer dans les canalisations via les toilettes, les éviers, les égouts, etc. est susceptible de causer une dégradation des réseaux d’assainissement et le dysfonctionnement des stations d’épuration des eaux usées selon des spécialistes municipaux. En jetant cette matière dans les canalisations, l’utilisateur risque d’obstruer ses propres canaux, mais aussi vos tuyaux résidentiels, puisqu’au fil du temps, cette matière fige et crée des bouchons importants.

Dans le bac

Les bouteilles d’huiles usagées vides : ÇA VA OÙ? Ça va dans le bac bleu!

Qu’elles soient en plastique, en verre ou en métal, les contenants vides d’huiles de cuisson usagées peuvent être mis dans le bac bleu.
Bonne lecture et à la semaine prochaine.

Semaine de la sécurité de la MRC de Joliette

JOLIETTE, le 26 septembre 2018 – Durant la Semaine de la sécurité de la MRC de Joliette qui aura lieu du 8 au 12 octobre prochain, les dix villes et municipalités du territoire tiendront tour à tour une activité de sensibilisation sur le terrain. Ainsi, en unissant leurs forces, ils espèrent que le message sera entendu par le plus grand nombre de conducteurs et de piétons.

L’activité de sensibilisation sera sensiblement la même dans chaque ville ou municipalité : les automobilistes et les piétons seront interpellés à proximité d’une traverse piétonnière ciblée. Des élus et des employés municipaux ainsi que des bénévoles seront sur place pour distribuer des billets de courtoisie dessinés par les enfants des écoles primaires du secteur et d’autres feuillets d’informations sur les règles à respecter. Le tout sera fait de façon positive et dans un esprit de convivialité et de petite fête.  Les services incendies et la Sûreté du Québec seront aussi sur place pour s’assurer de la sécurité de tous les participants.

La semaine d’activités se terminera par une marche citoyenne symbolique le vendredi 12 octobre. Tous les citoyennes et citoyens sont invités à se joindre au comité organisateur à compter de 9 h 30 sur le terrain de la bibliothèque Rina-Lasnier de Joliette. Le cortège se dirigera vers le centre-ville où, rendu sur la place Manseau, une petite cérémonie viendra clore la Semaine de la sécurité en faisant, entre autres, le tirage des prix de participation du concours de dessin. Les personnes intéressées à y participer n’ont qu’à se rendre sur les lieux (57, rue Saint-Pierre Sud).

Voici l’horaire des activités :

  • Mardi 9 octobre
    • Notre-Dame-des-Prairies à 7 h 30 sur la rue Bonin (intersections Nicole et Guérard)
    • Saint-Charles-Borromée à 11 h sur le chemin du Golf Est (près du restaurant Coco Frutti)
    • Village Saint-Pierre à 15 h devant l’hôtel de ville (rue Village Saint-Pierre Nord)
  • Mercredi 10 octobre
    • Saint-Ambroise-de-Kildare à 7 h sur la rue Principale (intersection de la rue des Commissaires)
    • Notre-Dame-de-Lourdes à 11 h devant l’école (rue Principale)
    • Sainte-Mélanie à 11 h 30 sur la rue Principale (devant le IGA)
  • Jeudi 11 octobre
    • Saint-Thomas à 7 h devant l’école des Brise-Vent (rue principale)
    • Crabtree à 11 h devant la Caisse Desjardins (8e rue)
    • Saint-Paul à 15 h devant l’école Vert-Demain (rue des Tourelles)
  • Vendredi 12 octobre
    • Joliette à 8 h sur la rue De Lanaudière (entre Saint-Pierre et Beaudry)
    • Marche citoyenne à partir de 9 h 30 (lieu de rencontre, bibliothèque Rina-Lasnier, rue Saint-Pierre Sud)

Les horaires, les adresses détaillées et le déroulement de la marche se retrouvent sur le site Internet de la MRC de Joliette à l’adresse suivante : www.mrcjoliette.qc.ca/semaine-de-la-securite/.

La Semaine de la sécurité en est à sa première édition dans la MRC de Joliette. C’est la première fois que les dix villes et municipalités se mobilisent ensemble et en même temps pour une telle campagne de sensibilisation.

Le plastique

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Matière miracle du 20e siècle, le plastique est partout. On le retrouve sous forme rigide, comme les pots de margarine, sous forme de pellicule comme dans les boites de biscuits, sous forme de fil comme dans les tissus polaires ou sous sa forme expansée comme les verres à café! Sa polyvalence, sa résistance et ses propriétés font de cette matière un préféré des industriels.

Mais au 21e siècle, le plastique devient paria. On le retrouve dans les océans, dans les arbres, sur le bord des routes ou bien, en quantité importante dans nos lieux d’élimination. On le boycotte (pailles), l’interdit (sacs) ou le consigne (boissons gazeuses). On aimerait le voir disparaitre, mais à court terme, c’est pratiquement impossible. Donc la solution : réduire notre consommation, réemployer les pots et recycler nos plastiques domestiques.

Quelques trucs de recyclage

Les bouteilles de jus et leurs bouchons : Devons-nous les séparer? Oui cela facilite le recyclage, car souvent, il s’agit de deux matières distinctes.

Dois-je laver mes contenants de plastique? Non ce n’est pas obligatoire, mais le faire donne un environnement plus sain aux trieurs des centres de tri.

Les plastiques souples (sac d’emplettes, à pain, de lait, entourant le papier essuie-tout ou de toilette) se recyclent très bien. Toutefois, il faut faire un sac de sacs, c’est-à-dire les regrouper dans un seul sac, noué, afin d’en faciliter le tri.

Dans le bac

Le plastique #6, ça va où? Malheureusement, dans notre MRC, le plastique #6 va dans le bac noir ☹, car les débouchés pour le recyclage sont limités.

Bonne lecture et à la semaine prochaine.

Les rebuts métalliques

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Les rebuts métalliques, qu’ils soient en acier ou en aluminium, représentent 5 % de nos bacs bleus. Ces rebuts représentent aussi une bonne source de revenus, car l’aluminium vaut entre 1 000 $ et 1 600 $ la tonne alors que les métaux ferreux se négocient pour 239 $ (Source : RECYC-QUÉBEC, juin 2018). Il est donc important de les récupérer, et ce, autant pour l’environnement que pour notre portefeuille.

Quelques trucs de recyclage

Dois-je enlever l’étiquette sur une canne de soupe? Non vous n’est pas obligé de les enlever, mais si vous le faites, le papier pourra ainsi être recyclé!

Le papier d’aluminium : Est-ce recyclable? Oui, le papier d’aluminium est recyclable. Enlever le plus gros de la souillure et rouler le papier en boule. De cette façon, il pourra plus facilement être trié et ne contaminera pas les autres matières.

Dois-je laver mes contenants de métal? Non ce n’est pas obligatoire, mais le faire donne en environnement plus sain aux trieurs des centres de tri.

Les bouchons de bière ou de bouteille de vin : On les recycle? Oui, vous devez les mettre dans le bac. En étant des métaux ferreux, ils peuvent être séparés par un électroaimant même s’ils sont de petite taille.

Dois-je séparer mon couvercle de métal de mon pot de verre? Oui de cette façon, les deux seront recyclés dans la bonne filière.

Dans le bac

Les cintres : ÇA VA OÙ? Ça va dans le bac bleu ou à l’écocentre!

Vous pouvez récupérer les cintres métalliques et les déposer dans le bac bleu. Toutefois, attachez-les ensemble à la dizaine afin qu’ils ne s’accrochent pas dans les convoyeurs. Autrement, allez les déposer à l’écocentre.

Bonne lecture et à la semaine prochaine.

Tous ensemble : #PrioritéSécurité

Semaine de la sécurité de la MRC de Joliette

JOLIETTE, le 14 septembre 2018 – La Semaine de la sécurité de la MRC de Joliette aura lieu du 8 au 12 octobre prochain sur son territoire. La signature de l’événement : « Tous ensemble : #PrioritéSécurité ». Une signature qui se veut rassembleuse, actuelle et inclusive. À ce slogan s’ajoute la thématique annuelle sur la sécurité des traverses piétonnières.

Même si les activités officielles de la semaine débuteront seulement en octobre, le comité organisateur mise sur un déploiement des outils de sensibilisation dès maintenant. Pendant les deux semaines précédant les événements officiels, la population pourra apercevoir différentes publicités sur le sujet.

Le message est clair : la sécurité c’est l’affaire de tous. À l’approche d’une traverse piétonnière, tout le monde doit penser à la sécurité. La sienne, mais aussi celle des autres usagers de la route. Les piétons ont la responsabilité de traverser aux endroits prévus et de s’être assuré de bien avoir été vus par les conducteurs. Quant à eux, ces derniers doivent accorder la priorité de passage à un piéton qui a clairement signifié son intention de traverser. Il faut savoir faire preuve de courtoisie, de savoir-vivre et de patience!

La sensibilisation sera faite auprès de tous : que vous soyez piéton ou conducteur, tout le monde à affaire aux passages piétonniers lorsqu’il circule. Les plus jeunes sont invités à participer à un concours dessin qui a présentement lieu dans les écoles primaires du secteur. Le mot-clic #PrioritéSécurité permettra aux adolescents et aux adultes de s’approprier aussi la campagne en facilitant le partage sur les médias sociaux et Internet. Les conducteurs et les piétons de tout âge seront aussi rejoints grâce à une animation qui sera présentée au cinéma de Joliette. De plus différents éléments visuels seront diffusés dans les transports en commun et sur le territoire des municipalités.

Cette campagne de publicité atteindra son apothéose lors de la Semaine de la sécurité. Toutes les villes et municipalités participeront à une activité de sensibilisation sur le terrain, à tour de rôle, à partir du 9 octobre. La semaine d’activités s’achèvera par une marche symbolique dans le centre-ville de Joliette le vendredi 12 octobre en avant-midi. Tous les détails concernant ces activités seront annoncés bientôt et disponibles sur le site Internet de la MRC ou via sa page Facebook.

La thématique de la sécurité des traverses piétonnières vient aussi faire écho aux différents efforts de la MRC et des organismes de la région pour promouvoir le transport actif et collectif. En rendant les déplacements des piétons ou des cyclistes plus sécuritaires, peut-être que plus de gens opteront pour des moyens de transport autres que l’automobile.

C’est en juillet dernier que le comité Sécurité publique-Sûreté du Québec a annoncé avoir mis sur pied une telle campagne de sensibilisation. Des partenaires importants (le Plateau lanaudois intersectoriel, la Société de l’assurance automobile du Québec, la Sûreté du Québec et les Services incendies des villes de Joliette et de Saint-Charles-Borromée) accompagnent et aident le comité dans le développement et le déploiement de cette activité majeure.

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

L’automne est à nos portes et les grands froids aussi. Dans les maisons, avec la rentrée qui vient de passer, on commence à faire le ménage de nos garde-robes. Et la grande question demeure… on fait quoi avec tous les vêtements et autres textiles qui ne servent plus ?

Saviez-vous que, selon RECYC-QUÉBEC, un Québécois se procurerait, en moyenne, 27 kg de vêtements et de textiles de maison annuellement ? Au Québec, cela représente près de 200 000 tonnes annuellement.

Mais quoi faire avec nos vieux vêtements ? Premièrement, privilégier la réparation. On peut trouver une couturière qui raccommodera un accroc dans un vêtement. De plus, un cordonnier réparera les chaussures, bottes ou sacs à main. Aussi, si on ne porte plus le vêtement, votre comptoir vestimentaire local acceptera votre don. Des cloches de récupération sont placées un peu partout, mais il est toujours préférable de se rendre au comptoir en personne. Les préposés pourront vous informer sur ce qui est acceptable ou non.

Finalement, un vêtement inutilisable peut toujours servir de chiffon. Pourquoi acheter des rouleaux d’essuie-tout alors qu’un vieux chandail en coton fait aussi bien l’affaire ?

Et les cintres CA VA OÙ ?

À l’écocentre. En effet, on ne doit pas déposer les cintres au recyclage car ils bloqueraient la ligne de tri avec leurs crochets…
Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Essayez-les, c’est gratuit!

Les circuits urbains de Joliette, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Charles-Borromée

JOLIETTE, le 1er août 2018 – Du 15 août au 15 septembre, les quatre circuits urbains seront gratuits pour tous et en tout temps. Aucun billet ni laissez-passer ne seront nécessaire. Les circuits no1, no2, no3 et no4 desservent les villes de Joliette, Saint-Charles-Borromée et Notre-Dame-des-Prairies. C’est la deuxième promotion qui est lancée par la division Transport de la MRC de Joliette pour faire connaitre son service de transport en commun.

La MRC souhaitait offrir une promotion qui permettrait, entre autres, aux étudiantes et étudiants d’essayer l’autobus pour se rendre au Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Cette promotion vise aussi à diminuer la circulation automobile dans le secteur en raison de la rentrée combinée aux travaux du viaduc Sainte-Anne. De plus, des changements dans les règlements de stationnement aux alentours de l’établissement pourraient amener les gens à se stationner encore plus loin dans les rues avoisinantes.

« Nous croyons que les gens seront tentés d’essayer puisque ce sera gratuit. Nous espérons qu’ils opteront par la suite pour des déplacements en autobus plus régulièrement! » mentionne M. Alain Bellemare, préfet de la MRC, lorsqu’il explique la raison pour laquelle le conseil des maires a choisi de mettre sur pied cette promotion.

Les quatre circuits urbains permettent de se rendre dans plusieurs lieux importants de la MRC. Que ce soit l’hôpital, le centre commercial, des établissements d’enseignement primaires, secondaires et collégiaux ou plusieurs lieux de culture (bibliothèque, salle de spectacles, musées et centres culturels) l’ensemble du territoire de Saint-Charles-Borromée, Notre-Dame-des-Prairies et Joliette est couvert.

Entre 12 et 17 départs par jour sont offerts, 7 jours sur 7. Il est possible de procéder à une correspondance au centre d’échange St-Louis tout près du palais de justice de Joliette. En temps régulier, un paiement comptant, un laissez-passer mensuel ou un billet issu d’un livret prépayé sont acceptés pour monter à bord des autobus. Il est possible d’obtenir plus d’informations en consultant le site www.pensebus.com ou en téléphonant au 450 759-5133 ou 1 866 755-2917 (sans frais).

Troisième appel de projet

L’entente territoriale lanaudoise

Joliette, le 5 septembre 2018. Le Conseil des arts et des lettres du Québec, les municipalités régionales de comté (MRC) de D’Autray, Joliette, L’Assomption, Les Moulins, Matawinie, Montcalm, la Ville de Notre-Dame-des-Prairies, la Table des Préfets de Lanaudière ainsi que Culture Lanaudière lancent le 3e appel de projets dans le cadre de l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de Lanaudière. Les artistes et organismes résidant sur le territoire de l’un des partenaires ont jusqu’au 16 novembre 2018 pour déposer leurs projets auprès du Conseil des arts et des lettres du Québec.

 Pour connaître tous les détails du Programme de partenariat territorial de Lanaudière, cliquez sur le volet de votre choix (notez que vous devrez ensuite sélectionner une discipline ou un profil afin d’accéder à l’information) :

Soutien aux artistes et aux organismes

Culture Lanaudière offre un service d’accompagnement gratuit aux artistes et aux écrivains professionnels ainsi qu’aux représentants d’organismes artistiques qui désirent présenter une demande. Ils sont invités à communiquer avec Catherine Gaudet, agente de développement au 450 753-7444, poste 23 ou par courriel :  developpement@culturelanaudiere.qc.ca.

 À propos du programme de partenariat territorial de Lanaudière

Ce programme de partenariat territorial a pour objectifs de stimuler la création artistique dans la région de Lanaudière, de contribuer à l’essor et à la diffusion des artistes et des écrivains, favoriser leur rétention dans leur localité, ainsi qu’encourager l’émergence et l’inclusion des technologies numériques dans la pratique artistique. Il vise aussi à épauler les organismes artistiques professionnels structurants pour le développement et le rayonnement des arts et des lettres sur le territoire et à l’extérieur. Les projets déposés doivent impliquer des initiatives de partenariat en lien avec la collectivité ou des intervenants de la région.

http://calq.gouv.qc.ca //  www.culturelanaudiere.qc.ca