En collaboration avec l’organisme Vivre en ville

JOLIETTE, le 29 avril 2019 – La municipalité régionale de comté (MRC) de Joliette est heureuse d’annoncer le début des démarches en vue de l’élaboration d’un plan de mobilité durable. L’objectif de ce plan est de permettre d’assurer les besoins de mobilité de la population à long terme et de voir à optimiser les efforts déjà existants et déployés dans ce sens. En vue de terminer la démarche au plus tard en août 2020, l’organisme Vivre en ville a reçu le mandat d’accompagner la MRC au travers les différentes étapes prévues d’ici à l’adoption du plan final.

La rencontre de démarrage du projet est prévue à la mi-mai et permettra d’établir le calendrier et la liste des étapes à réaliser. Durant cette démarche, la MRC souhaite consulter les usagers, la population et les organismes partenaires du milieu. Il est prévu que le plan de mobilité durable intègre la planification globale du déploiement du réseau de transport collectif et de déplacements actifs sur l’ensemble du territoire de la MRC de Joliette.

Le comité Transport de la MRC souhaite prioritairement évaluer et augmenter la performance de ses circuits urbains puisque ce plan de desserte est à revoir rapidement. « L’idée de mettre sur pied un plan de mobilité durable s’est imposée d’elle-même au comité Transport à la suite des différentes discussions sur le sujet. » explique M. Alain Bellemare, préfet de la MRC de Joliette.

Depuis le 1er juin 2017, la MRC a la responsabilité du service de transport collectif urbain, du transport adapté, du transport collectif en milieu rural et de plusieurs circuits régionaux, dont le circuit #50 Joliette-Montréal.

Le Jour de la Terre : pourquoi?

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Depuis près de 50 ans, on célèbre, lors du 22 avril, le Jour de la terre. C’est la plus importante célébration environnementale par la société civile dans le monde. Mais d’où vient cette idée?

Cette manifestation a été instaurée, en 1970, par le sénateur américain du Wisconsin, M. Gaylord Nelson. Il a alors lancé un défi aux étudiants : faites des gestes concrets en faveur de la planète. Annuellement, cette demande a été réitérée et l’an prochain, nous célébrerons le 50e Jour de la terre.

Nelson était un fervent défenseur de l’environnement et a reçu, en 1995, la médaille présidentielle de la Liberté en hommage à son travail respectant l’environnement. Pour lui, la stabilisation de la population mondiale est un aspect important pour la protection de l’environnement. Il disait aussi que le développement économique ne pouvait passer au-dessus de la protection environnementale.

Au Québec, on célèbre le Jour de la terre depuis 1995. C’est une excellente occasion de se rappeler que notre terre est malgré tout fragile et que nous devons tous faire des gestes concrets afin de nous assurer qu’elle soit là dans les prochains millénaires.

Nous empruntons énormément à notre planète. Selon les calculs de l’organisme international Global Footprint Network (GFN), il nous faudrait désormais 1,7 Terre pour combler nos besoins annuels. À mesure que l’économie se développe et que la population grandit, la pression sur les ressources s’accroît. Mais la biocapacité de la Terre n’est pas extensible. Pour plusieurs scientifiques, il est urgent de revoir nos façons de consommer. On ne demande pas à la population d’arrêter de consommer, mais de mieux consommer.

Alors, protégeons notre planète en faisant de petits gestes…

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Votre bac n’a pas été vidé? Des matières ne sont pas collectées? Voici des informations pertinentes pour vous aider à comprendre ce qui peut s’être passé.

IL EST POSSIBLE QUE VOTRE BAC NE SOIT PAS VIDÉ SI L’UNE DE CES SITUATIONS SE PRÉSENTE :

  • S’il contient des matières non admissibles;
  • Si la pince du camion n’est pas capable d’atteindre le bac parce qu’il y a un véhicule trop près ou si deux bacs sont trop collés (une distance de deux mètres doit séparer le bac d’un véhicule stationné et chaque bac doit avoir un espace libre de 0,5 m autour de lui);
  • S’il y a un risque que des matières tombent hors du bac (s’il est trop plein ou si un sac a été placé sur le dessus du bac);
  • L’hiver, si le bac est pris dans la neige (en cas de tempête, il vaut mieux sortir votre bac le matin même de la collecte) ou si un banc de neige empêche le camion de s’approcher;
  • Si le bac est brisé ou si la bordure supérieure du bac est endommagée, empêchant ainsi de bien le soulever lorsque la collecte s’effectue avec un employé;
  • Si le camion est déjà passé. La collecte débute à 7 h et devrait passer aux mêmes heures chaque semaine. Si le camion est passé beaucoup plus tôt que d’habitude, veuillez en aviser les autorités.

IL EST POSSIBLE QUE LES MATIÈRES MISES À CÔTÉ D’UN BAC NE SOIENT PAS COLLECTÉES SI L’UNE DE CES SITUATIONS SE PRÉSENTE :

  • S’il s’agit d’une collecte régulière durant laquelle aucune matière en dehors du bac n’est permise;
  • Si, lors d’une collecte des encombrants, il s’agit de matières qui ne font pas partie de cette catégorie. (Pour la liste, visitez le site Internet www.mrcjoliette.qc.ca .

Vous pouvez communiquer avec la MRC au 450 759-2237, poste 229 si vous avez d’autres questions!

Lanaudière, le 15 avril 2019 – La MRC de Matawinie est heureuse d’annoncer le lancement de l’appel de projets 2019-2020 du Programme d’aménagement durable des forêts (PADF).

Ce Programme permet de financer certaines interventions liées à la mise en valeur des forêts et s’applique aux territoires des six MRC de la région de Lanaudière. L’aide financière accordée peut, selon le cas, atteindre un maximum de 75 % des dépenses admissibles.

Les personnes et organismes admissibles sont les suivants :

  • Municipalité régionale de comté (MRC);
  • Municipalité locale;
  • Communauté autochtone;
  • Organisme à but non lucratif;
  • Organisme à but lucratif;
  • Agence régionale de mise en valeur des forêts privées;
  • Personne ou organisme signataire d’une entente de délégation de gestion.

Pour être admissibles, les projets devront être réalisés d’ici le 31 mars 2020 et faire partie de l’une des catégories suivantes :

  • Travaux d’aménagement sur les territoires forestiers résiduels;
  • Travaux d’aménagement forestier sur les terres privées;
  • Amélioration et réfection de chemins multiusages;
  • Activités visant à favoriser l’aménagement forestier et la mise en valeur de la ressource forestière;
  • Acquisition de connaissances et documentation d’enjeux liés aux préoccupations de la Table de gestion intégrée des ressources et du territoire (GIRT).

Une séance d’information aura lieu le mardi 30 avril 2019, de 13 h 30 à 16 h, dans la salle du Conseil de la MRC de Matawinie, 3184, 1re Avenue, à Rawdon.

Les projets doivent être envoyés à la MRC de Matawinie avant le 31 mai 2019, 15 h. Le sceau postal faisant foi de la date de dépôt.

Adresse postale : Programme d’aménagement durable des forêts
MRC de Matawinie, 3184, 1re Avenue, Rawdon (Québec) J0K 1S0
Courriel : clavallee@matawinie.org

Les formulaires ainsi que les détails du Programme sont disponibles à l’adresse suivante : www.foretlanaudiere.org, dans la section « Financement ».

Une présentation des MRC de Joliette et de Matawinie

Joliette, le 11 avril 2019 – Le 4 avril dernier avait lieu la présentation du deuxième Forum de gestion des matières résiduelles (GMR) au club de golf Montcalm, à Saint-Liguori. Cette année, la MRC de Matawinie avait invité la MRC de Joliette à participer à l’organisation de ce deuxième forum. Ce forum, spécialement conçu pour le milieu municipal lanaudois, plus particulièrement pour les professionnels en GMR et en environnement, a su attirer près de 80 participants provenant de partout dans Lanaudière, autant du sud que du nord.

Au programme, cinq conférences en lien avec la gestion des matières résiduelles (GMR) et l’environnement. Il a été question d’optimisation du financement gouvernemental, d’amélioration d’appels d’offres, de programme de vidange des installations septiques, d’économie circulaire et d’amélioration de la GMR selon les clientèles, notamment par l’utilisation de conteneurs semi-enfouis. Les participants ont également eu la chance d’interagir au moyen de télévoteurs lors d’un jeu-questionnaire testant leurs connaissances en GMR.

« L’objectif de ce forum était de pouvoir aider les élus et le personnel municipal à mieux comprendre les différents aspects entourant la gestion des matières résiduelles tout en permettant aux professionnels du milieu de découvrir d’autres façons de faire et de mettre à jour certaines connaissances. » explique Mme Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois.
Le succès de ce deuxième forum permet aux organisateurs de déjà penser au troisième. « Nous sommes fiers du travail que nous avons accompli cette année et de penser que 2020 est déjà attendu par nos pairs et les élus nous motive plus que jamais à préparer le troisième forum! » concluent Mme Nadia Maheu et M. Mario Laquerre, respectivement conseillère GMR pour la MRC de Matawinie et coordonnateur GMR à la MRC de Joliette.

Pour l’organisation, il était important que l’événement soit écoresponsable. Le covoiturage était encouragé (un tirage de prix de présence était spécialement réservé aux utilisateurs de cette solution), l’usage du papier a été réduit au maximum et l’utilisation de vaisselle réutilisable ainsi que le tri des résidus à la source étaient mis de l’avant tout au long de la journée. De plus, afin d’éviter le suremballage et d’encourager des habitudes de vie écoresponsables, les cadeaux des conférenciers ont été conçus avec des produits écologiques et biodégradables achetés en vrac chez des commerçants locaux. Finalement, l’achat d’arbres compensera les gaz à effet serre (GES) émis par la tenue de l’événement.

 

Photos :
1) Les participants à l’écoute de Mme Véronique Morin, conseillère en développement durable chez Lanaudière Économique.
2) Les organisateurs du 2e Forum GMR : Mmes Nadia Maheu, conseillère en GMR à la MRC de Matawinie, Catherine Lavallée, responsable des événements du Service d’aménagement à la MRC de Matawinie, Édith Gravel, directrice du Service d’aménagement à la MRC de Matawinie et M. Mario Laquerre, coordonnateur GMR à la MRC de Joliette.
3) Les conférenciers lors du 2e Forum GMR : Mme Nadia Maheu, MRC de Matawinie, Mme Virginie Roger, MRC des Pays-d’en-Haut, M. Mathieu Guillemette, Éco Entreprise Québec, Mme Véronique Morin, Lanaudière Économique, M. Guy Fradette, MRC de D’Autray et M. Mario Laquerre, MRC de Joliette.

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Saviez-vous que, chaque année, tous les Québécois mettent à la rue plus de 310 kg de matières résiduelles ce qui équivaut à près de 4 fois votre poids en déchets? Ces matières rebutées sont composées majoritairement d’emballages provenant, en grande partie, de vos achats courants, tels que l’épicerie ou la pharmacie. Alors quel est le moyen de réduire ses déchets? Adopter une attitude Zéro déchet! Comment? En apportant ses propres contenants dans des établissements du Circuit Zéro Déchet.

Le Circuit Zéro Déchet est né de cette idée de rassembler en ligne tous les commerces zéro déchet offrant des produits en vrac, mais également ceux plus conventionnels tels que les boulangeries, les boucheries, les centres d’amusement pour enfants avec une section alimentaire, les épiceries, les magasins de produits pour la maison et même les pharmacies prêtes à vous accommoder dans vos démarches.

Comment faire?

On trouve les commerçants participants dans notre région (le site www.circuitzerodechet.com répertorie des commerçants acceptant les contenants réutilisables) et on apporte nos contenants ou sacs afin de réduire nos déchets.

Consignes :

  • Votre contenant doit être propre et sans brèche.
  • Votre contenant doit être également fait d’une matière facile à laver (idéalement en verre) afin de ne pas devenir une source potentielle de contamination.
  • Vos sacs (fruits, pain et d’aliments secs) doivent être lavés régulièrement et propres le jour de votre visite.
  • L’exploitant peut refuser un contenant si son état ou sa propreté laisse à désirer. Il est le seul responsable de la salubrité de son établissement.

Donc, gardez vos pots Masson, vos sacs en tissus et vos plats réutilisables et apportez-les aux commerçants, de plus en plus nombreux, qui acceptent de vendre en vrac!

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Avril est arrivé et votre bac brun sera de nouveau collecté chaque semaine, et ce, jusqu’au mois de novembre. Si jamais vous avez perdu l’habitude de trier vos restants de table avec l’hiver, c’est le temps de recommencer! Dès que la température le permettra, vous pourrez également y mettre vos résidus de jardin et votre gazon. Pour la liste complète des matières acceptées et refusées, veuillez consulter la section prévue à cet effet sur le site Internet.

Sac de plastique

Si vous souhaitez utiliser des sacs de plastique avec votre petit bac de cuisine, il est important d’utiliser des sacs compostables. Les sacs compostables certifiés sont les seuls qui se dégradent complètement lors du processus de compostage. Pour vous aider à les identifier, voici les logos que vous pouvez retrouver sur le marché :

N’utilisez pas les sacs de plastique donnés dans les commerces, ces sacs sont généralement recyclables (bac bleu), mais jamais compostables. Ils deviennent donc un contaminant au site de compostage.

Certains de ces sacs sont identifiés comme oxobiodégradables ou dégradables. Ils sont faits de plastique conventionnel auquel on a ajouté un additif. Cet additif est un contaminant pour le compost, ainsi que pour le recyclage. Cependant, les sacs oxobiodégradables ou dégradables font de bons sacs-poubelle.

ÇA VA OÙ?
Les sacs de plastique oxobiodégradables ou dégradables vont dans le bac noir!

Plan de développement de la zone agricole

JOLIETTE, le 29 mars 2019 – La MRC de Joliette vient de terminer trois soirées de consultation spécialement réservées aux agricultrices, agriculteurs et entreprises agricoles de son territoire. Ces soirées ont été tenues dans le cadre de l’élaboration du plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC de Joliette. En tout une cinquantaine de personnes se sont déplacées les mardis 5, 19 et 26 mars à Sainte-Mélanie, Saint-Paul et Saint-Thomas. Les participants provenaient de partout sur le territoire de la MRC. Leur type de productions agricoles était diversifié : location de terre, culture maraichère, production animalière, etc.

« Le but premier de l’exercice était d’avoir le pouls du milieu. Nous voulions connaître leurs principales préoccupations concernant la pratique de l’agriculture dans la MRC de Joliette, les freins et les avantages de cette pratique ainsi que nous inspirer de leurs bons coups. » explique Mme Françoise Boudrias, présidente du comité de travail du PDZA et mairesse de Sainte-Mélanie.

Les soirées se voulaient centrées sur la discussion. Après une courte présentation faisant état du portrait actuel de l’agriculture dans la MRC de Joliette, les participants étaient divisés en petits groupes de discussion où trois thématiques étaient mises de l’avant : l’aspect humain, l’aspect environnemental et l’aspect économique.

Toutes les idées et les commentaires récoltés durant ces soirées seront rendus publics prochainement sur le site Internet de la MRC de Joliette. Le comité de travail utilisera ces données pour ajuster le portrait agricole de la MRC et établir un diagnostic sur le milieu.

Comme un PDZA est issu d’un travail de concertation, le comité souhaite encore consulter différents acteurs du milieu. La prochaine étape sera d’aller à la rencontre des jeunes afin de connaître leurs rêves et leurs attentes face au développement de l’agriculture dans la région. Pour se faire, le comité tiendra une activité de consultation des étudiants en technique de gestion des entreprises agricoles du Cégep de Joliette le 11 avril prochain.

L’élaboration du PDZA de la MRC de Joliette s’effectue en collaboration avec divers acteurs du milieu, notamment, l’Union des producteurs agricoles (UPA) et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), qui participe financièrement au projet. Le travail du comité a débuté il y a près d’un an et se poursuivra tout au long de 2019. Le document final devrait être rendu public à la fin 2019.

Visite à l’écocentre

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Vous avez des résidus à vous débarrasser, veuillez prendre note que l’écocentre ouvrira 6 jours par semaine (du lundi au samedi de 9 h à 16 h 30) à partir du 1er avril.

Mais attention, tous les voyages dans des remorques doivent respecter ces consignes :

  • Toute cargaison de type « granulaire » (sable, pierre, copeaux de bois, etc.) transportée dans une remorque doit être recouverte d’une toile. À défaut de s’être conformé à ce règlement, la conductrice ou le conducteur du véhicule pourrait se voir remettre une contravention de la part la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ).

Voici d’autres points à vérifier :

  • Aucune partie ne doit couler, se déverser, tomber, être emportée par le vent, se déplacer ou se détacher du véhicule;
  • Le chargement doit être solidement retenu ou suffisamment recouvert;
  • Il ne doit pas réduire le champ de vision ou masquer les feux et les phares du véhicule;
  • Il ne doit pas compromettre la stabilité ou la conduite du véhicule.

DANS LE BAC

Je démolis une galerie en bois et je désire m’en départir de façon écologique? ÇA VA OÙ? À l’écocentre! L’écocentre accepte le bois et le revalorise.

C’est le printemps!

Par Mario Laquerre, coordonnateur GMR

Même si la neige est encore présente, le grand ménage du printemps est à nos portes ! Plusieurs objets peuvent être mis aux rebuts lors des collectes des encombrants mais il est préférable d’aller les porter à l’écocentre. En effet, les encombrants mis à la rue vont directement au site d’enfouissement alors que ceux dirigés à l’écocentre peuvent-être recyclés s’ils sont déposés dans le bon conteneur.

Voici un petit rappel du fonctionnement de l’écocentre

Horaire

  • 1er avril au 31 octobre, du lundi au samedi de 9 h à 16 h 30
  • 1er novembre au 31 mars, les vendredis et samedis de 9 h à 16 h 3

Instructions

  • Le citoyen doit trier obligatoirement les matières dans les conteneurs appropriés sinon des frais seront exigés.
  • Le nombre de visites permises, par adresse civique ou unité d’occupation, est limité à huit par année. À chaque visite, le citoyen ne doit pas déposer plus de deux verges cubes (1,5 mètre cube). Les volumes et visites excédentaires seront facturés au taux en vigueur affiché. Notons que ces limites ne sont pas applicables aux résidus domestiques dangereux (RDD).
  • Seuls les camions de type « pick-up », les automobiles avec remorque et les fourgonnettes sont autorisés. Les camions commerciaux, les remorques à benne basculante, les camions de six, huit et dix roues ainsi que les tracteurs de ferme sont refusés.

Dans le bac : Je possède un refroidisseur d’eau en fin de vie utile et je désire m’en départir de façon écologique. Ca va où? À l’écocentre! Vous ne pouvez pas mettre aux ordures un appareil de réfrigération sans avoir fait enlever les réfrigérants aux halocarbures par un technicien certifié. C’est la Loi.